les amis de la bibliothèques Albert Cohen de Saint Leu la Forêt
vous êtes ici > accueil > événements
médiathèque Georges Pompidou
présentation
Occupation/Résistance
Conférences en images
 
langue française
sans faute
erratum
le tréma
vacances avignonnaises
 
évènements
Balade à pas comptés
La plume musicale
Yvette Godin
Robert Bigot
La question Tibétaine
Bach et Rameau
la trilogie Joubert
géopolitique de l'islam
une dame nommée wanda
Johann von Schiller
Konrad Lorentz
Frantz Schubert
Wanda Landowska
Albert Einstein
Prix Ernaux 2008
Prix Ernaux 2007 palmares
Prix Ernaux 2007
Prix Ernaux 2006
Prix Ernaux 2005
Prix Ernaux 2004 adultes
Prix Ernaux 2004 juniors
Journée Reine Hortense
Journée St Leu la poésie
Erreur de Chantal Gosset
Victor Schoelcher
 
du côté des femmes

aung san suu kyi
Wangari Maathai
 
coups de coeur
Daniel Marty
Jean Bensimon
maestro
Lettre à mon jardin
Pour Camille
Gisèle Pineau
Diaporama
Club lecture
Bonnes nouvelles
Histoire de coeur
Cinéma
Conte-leu
Musique
Les mille et une nuits
l'écrivain
l'attaché case
à mots contés
la sente
chagrin d'amour
vous avez dit coua
 
remue-méninges
 
patrimoine
Eyvind Johnson
Hortense, duchesse de St Leu
histoire de st leu
conférence sur la résistance
les sentes de st leu (pdf)
 
jeunesses
Gwenaell Poline
Marie-Ange Le Rochais
Modigliani
A vos manettes
Marie Turcan
Eléonore Greif
Lucie Greif
 
contact
titre-évènements
vous êtes ici > accueil > événements

Programme de conférence du 1er trimestre 2018

Récapitulatif historique des conférences présentées depuis l'origine


La prochaine conférence des Amis de la Médiathèque de Saint-Leu-la-Forêt se tiendra

le samedi 12 mai 2018 à 17h
à l'Espace Clairefontaine 23 avenue de la Gare à Saint-Leu-la-Forêt.
Elle portera sur le thème suivant :
"Voyage en Roumanie hors des sentiers battus"
Elle sera animée par Christiane GILAIN
.

Christiane Gilain, ancienne professeure de mathématiques parcourt le monde et partage ses récits de voyages dans des clubs et maisons de retraite. Elle s’investit également dans plusieurs associations dont Amitié Roumaine de Saint-Leu-la-Forêt.


Chemins de l'union
Cette conférence est un préambule au spectacle proposé par Amitié roumaine

le jeudi 31 mai à 20h30 à la salle de la Croix Blanche:
Ce spectacle chantant et dansant sera articulé en trois parties :
- «Le Boyard et les paysans», ou la nécessité de s'unir
- «Le poète et l'Empereur », inspirée de trois rencontres historiques entre Napoléon III et Vasile Alecsandri, poète diplomate né à Bacau (ville soutenue par l'association Amitié roumaine)
- et «La Reine et le Général» affirmant le soutien de la France à la Roumanie jusqu'à la "Grande Union" et les débuts de l'Etat roumain moderne.

La troupe composée de 40 élèves roumains des collèges de la région de Bacau et de leurs professeurs jouera en français et interprétera des célèbres chants et danses roumains. Un grand moment d’émotions en perspective après presque trente ans de relations privilégiées entre Saint-Leu et cette région de Roumanie.

Ce spectacle est parrainé par «Amitié roumaine dans le cadre de l’opération «J'adore le Français » avec le Conseil départemental de Bacau et avec les municipalités roumaines de Colonesti , Motoseni , Rachitoasa et Stamisesti.



Précédente conférence des Amis de la Médiathèque


le samedi 24 mars 2018 à 17h
à l’Espace Clairefontaine 23 avenue de la Gare à Saint-Leu-la-Forêt


Elle a porté sur le sujet suivant :

“L’insecte serait-il l’avenir de l’homme ?”
ou Pourquoi consommer des insectes ?.

En 2050, nous serons plus de 9 milliards sur terre. Plus de 70% des terres arables sont déjà utilisés pour l'agriculture, et nous manquerons de place pour produire l'alimentation nécessaire à cette explosion de la population. Alors comment trouver une source alimentaire avec un excellent rendement, permettant de satisfaire les besoins croissants en nourriture des populations tout en préservant la planète ou en limitant l'utilisation de ses ressources ?

Plus de deux milliards de personnes consomment des insectes quotidiennement, alors pourquoi pas vous ?

L'entomophagie, la pratique de manger des insectes comestibles, fait de plus en plus parler d'elle .Elle suscite intérêt mais parfois dégoût pour les non-initiés.

Apparaissant comme une source de protéines durable et saine en comparaison de sources de protéines animales classiques (les insectes produisent 99% d’émissions de gaz à effet de serre de moins que le bœuf), les insectes ont le vent en poupe et s'invitent dans les assiettes des français et des européens !

Tour d'horizon de cette tendance alimentaire, depuis son historique de consommation plusieurs milliers d'année auparavant, jusqu'aux produits qu'on retrouve dans nos magasins préférés en 2018.

Les insectes, on en fait tout un plein avec Nicolas Camo, de la Start Up JIMINI'S.

 


Précédente conférence des Amis de la Médiathèque
le vendredi 2 février 2018 à 19h
à la Médiathèque Georges Pompidou
6 avenue des Diablots à Saint Leu la Forêt


Elle portera sur le sujet suivant :

«Bach, Telemann : Deux sacrés musiciens».

Sébastien Marq et Antoine Torunczyk, flûtiste et hautboïste de l’ensemble L’Accademia del Dissonanti vous proposeront, dans le cadre du Festival l’Hiver musical de Saint-Leu-la-Forêt:

« Bach, Telemann : Deux sacrés musiciens »
ou
« Comment Bach et Telemann mettent-ils leur esprit de chercheurs au service de la musique ? Leur vie entière, ils ont utilisé les instruments de musique de l’époque baroque, expérimentant de nouveaux mariages de timbres et mettant en valeur leurs couleurs. Les deux artistes de L’ Accademia dei Dissonanti nous font partager leur enthousiasme et leur admiration pour ces compositeurs géniaux. »

En partenariat avec les Amis de la Médiathèque


http://www.hivermusical.org/

 


Conférence des Amis de la Médiathèque
le samedi 3 février 2018 à 17h à l'Espace Clairefontaine,
23 avenue de la Gare à Saint-Leu-la-Forêt.


Elle portera sur le sujet suivant:

« Les Français qui ont contribué à la modernisation du Japon à la charnière de l’ère Meiji, il y a 150 ans ».

et sera présentée par Bernard Champanhet, Expert environnement et énergies renouvelables près la Cour d’Appel de Paris.

"Période de l'histoire du Japon, allant de 1868 à 1912, Meiji est avant tout un nengō, c'est-à-dire un nom d'années.

Le 23 octobre 1868, la cour impériale du Japon promulgua un décret annonçant que le nouveau nengō serait Meiji (« politique éclairée »)
pour commémorer l'instauration du nouveau régime impérial.

En novembre 1867, le shôgun yoshinobu tokugawa (1837-1912) abdique, restaurant tous les pouvoirs à l’empereur et mettant fin au régime du bakufu (gouvernement militaire) et à l’isolationnisme.
Sous le règne de Mutsuhito, empereur Meiji (1852-1912), le Japon connait une refonte des systèmes politiques, économiques et sociaux aboutissant à une modernisation extrêmement rapide du pays : c'est la restauration Meiji.

Edo est rebaptisée Tokyo et devient la capitale impériale dès 1868. Durant la période de Meiji, le gouvernement engage de grandes mesures politiques et économiques. Les quatre classes sociales traditionnelles issues du système féodal de l’époque d’Edo disparaissent en 1871. Les daimyos et les samouraïs perdent leurs droits et privilèges, non sans regret.
Cette réorganisation de la société nippone suscite des révoltes dans le pays jusqu’en 1877.

Promulguée en 1889, la première constitution impériale du Japon investit l’empereur d’un pouvoir central fort. La création du yen en 1871 uniformise et facilite les échanges commerciaux. Sur le plan sociétal, le régime rend l’enseignement obligatoire et créé les universités impériales de Tokyo et Kyoto. L’abandon du calendrier luni-solaire chinois au profit du calendrier grégorien est un marqueur de l’introduction progressive de la culture occidentale au sein du pays.

Allant à l’encontre de la xénophobie née de l’ouverture forcée du Japon aux étrangers en 1853-1854, le pouvoir impérial décide de tirer parti des avantages de la science et de la technologie occidentale, tout en contrôlant l’activité des Européens au Japon. Pendant l'ère Meiji de 1868 à 1912, le Japon va se moderniser et conquérir un empire colonial. Le Japon adopte des institutions politiques imitées des pays européens et des États-Unis tout en conservant un rôle important à l'empereur (le Tenno). Il va développer son industrie en important les méthodes et les techniques occidentales.

Le Japon crée une armée et une marine de guerre modernes. Elles sont destinées à conquérir des territoires proches en Asie pour permettre une colonisation de peuplement mais aussi l'accès aux matières premières indispensables qui sont rares au Japon…
Le Japon des Shoguns, fermé au monde depuis 215 ans, a décidé d’entrer dans la modernité.

L’Albenassien (originaire d’Aubenas) Léonce Verny a été choisi pour réaliser le premier Arsenal du Pays du Soleil Levant dans la baie de Tokyo. Il y passera 10 ans avec une quarantaine de Français, dont son cousin Émile de Montgolfier, comptable et photographe. Émile a quitté Annonay à l’âge de 24 ans pour Yokosuka où il restera sept ans. Pendant son séjour il a écrit une abondante correspondance - dont 250 lettres à ses parents- retrouvées récemment.

Il a surtout pris des centaines de photos - parmi les premières de ce pays - qu’il a sélectionnées et réunies dans des albums distribués à Léonce Verny comme témoignage du chantier, à sa famille, et à des visiteurs illustres. À partir de ces documents Bernard Champanhet a reconstitué l’histoire de ces Français expatriés, et de leur influence reconnue sur le Japon moderne. Le livre est illustré de très nombreuses photographies originales. C’est à la fois une saga passionnante et une référence historique.

Voir document : Émile de Montgolfier, photographe de l’Arsenal de Yokosuka 1866-1873

 


"Le programme de conférences des Amis de la médiathèque a repris en 2018 avec une première intervention d' Isabelle Joz-Roland

le samedi 20 janvier 2018
à 17h à l'Espace Clairefontaine
23 avenue de la Gare à Saint-Leu-la-Forêt.

Cette conférence portera sur le thème suivant :
“Les incroyables fouilles du parc du château de Baillet-en-France»


Les fouilles conduites en 2004 par l'Institut national de recherches archéologiques préventives dans le parc du château de Baillet-en-France concernaient l'habitat seigneurial au Moyen Âge et à l'époque moderne. Mais en explorant les glacières aménagées au XVIIIe siècle, les archéologues ont découvert un amoncellement impressionnant de sculptures colossales qui avaient été brisées. Le décor inscrit sur un médaillon — un marteau et une faucille, un tracteur sur fond de montagne enneigée et une nef — correspond au blason de la république soviétique d'Arménie figurant le mont Ararat et l'arche de Noé échouée, qui accéda en 1936 au rang de république fédérée. Sur un autre médaillon, les puits de pétrole de Bakou symbolisent la république socialiste soviétique d'Azerbaïdjan...” Ces vestiges se révélèrent être des statues du monument soviétique de l’exposition universelle de Paris de 1937. C’est leur extraordinaire parcours qui vous sera conté par Isabelle Joz-Roland, valdoisienne et professeure agrégée d’histoire, parcours dont elle a tiré un nouveau roman historique intitulé « Des héros sortis du froid ».

http://www.valdoise.fr/actualite/614/373-statues-de-baillet-un-vrai-roman


 
Conférences 2017

Les Amis de la Médiathèque vous proposent, à l'occasion de leur dernière programmation de l'année 2017, une exceptionnelle conférence-concert :

 "Montmartre, à travers les arts, la littérature et la musique" à la (re-) découverte de Montmartre, ce quartier de la capitale si fortement imprégné de la présence passée ou actuelle des artistes plasticiens , écrivains et musiciens. 

Elle se tiendra le samedi 25 novembre à 17h à la médiathèque Georges Pompidou, 6 avenue des Diablots à Saint-Leu-la-Forêt.

C'est Grégoire Ichou, chanteur lyrique et conférencier, qui sera aux manettes pour une soirée      
(d)étonnante !

Chanteur lyrique (ténor), guide conférencier national agréé, diplômé en Histoire de l'art, Musicologie et Médiation culturelle de la Sorbonne et de l'Ecole du Louvre, passionné par les liens qu’entretiennent l’histoire, la musique, la littérature et les arts plastiques, Grégoire Ichou vous permettra de mieux appréhender ce quartier de façon panoramique et vivante. 
Sous la forme d’une visite virtuelle, il vous fera (re)découvrir ce quartier historique de Paris en s’appuyant sur des œuvres plastiques, des extraits littéraires et, surtout, des morceaux musicaux qu’il interprétera lui-même. La grande variété de ces pièces vocales reflète la richesse de l’histoire de Montmartre : vous pourrez entendre, entre autres, une mélodie de Poulenc, un air d’oratorio de Dubois, un extrait de l’opérette L’OEil crevé de Hervé, mais également des chansons historiques et populaires. De grands écrivains français viendront éclairer nos connaissances sur ce quartier : Gérard de Nerval évoquant le Château des Brouillard ; Apollinaire, une fête mémorable au Bateau-Lavoir, etc. De nombreuses anecdotes étonnantes ponctueront cette conférence au cours de laquelle vous découvrirez une guinguette dans un arbre géant ; l’amour fou d’Erik Satie pour Suzanne Valadon ; un des canulars les plus amusants de l’Histoire de l’art…

A son agenda actuel, Grégoire Ichou propose des visites chantées de l'exposition Rubens au musée du Luxembourg ainsi que des conférences-concerts sur les quartiers parisiens des Halles et du Marais 

A son agenda figurent actuellement des visites chantées de l'exposition Rubens ainsi que des conférences-concerts sur les quartiers du Marais et des Halles



Conférence du  samedi 4 novembre 2017 à 17h à la Médiathèque Georges Pompidou 6 avenue des Diablots à Saint-Leu-la-Forêt.

Présentée par Bernard Guilaume qui a déjà "œuvré" à plusieurs reprises sur des sujets très originaux et richement documentés. Elle portera sur :

La première vie d'Angela Merkel (1954-1990)
Il fallait beaucoup d'imagination pour discerner au début des années 1990 dans la jeune « Ossie » — c'est ainsi que les Allemands de l'Ouest ont désigné avec condescendance leurs cousins de l'Est après la chute du mur de Berlin — celle qui allait devenir la toute-puissante chancelière  de l'Allemagne réunifiée.


"Angela grandit dans cette tension paradoxale entre un milieu familial ouvert à la discussion, sévère en privé à l'égard du régime totalitaire, et le relatif pouvoir d'influence de son père, dû à la sympathie qu'il persiste à éprouver — et à montrer — pour l'utopie socialiste ", écrit la journaliste Marion Van Renterg.
Très bonne élève, la future docteur en physique n'a d'autre choix que de se couler dans le moule imposé. Au point de devenir plus tard la responsable de la section  promotion et propagande » de l'organisation de jeunesse du régime." 

Bernard Guillaume nous a exposéles années de formation d'Angela Merkel et nous a permi de comprendre comment la timide scientifique venue de l'est est devenula femme la plus puissante d'Europe.


Historique et évolution des transports - Vers où va-t-on ?Historique et évolution des transports - Vers où va-t-on ?

Les progrès technologiques réalisés dans le domaine des transports nous permettent de nous déplacer plus vite, plus loin, favorisant ainsi les échanges. Mais à quel prix ?
Dépendance énergétique, impact sur l’environnement et la santé, saturation des trafics…, cette liberté de mouvement produit également des effets néfastes qui conduisent à envisager de nouvelles pistes pour nos futurs déplacements.

Autant de thèmes qui ont été abordés lors de la conférence proposée par les Amis de la médiathèque le samedi 14 octobre dernier à la médiathèque Georges Pompidou 6 avenue des Diablots à Saint Leu la Foret .

Cette conférence intitulée « Historique et évolution des transports - Vers où va-t-on ? » a été animée par Francois Berguerand.

http://francois-berguerand.com/


L’école dans la Première guerre mondiale

L'école dans la Première guerre mondiale
Tel sera le sujet évoqué par Christian Barret, Professeur agrégé d'histoire, lors de la conférence qu'il donnera le
samedi 17 juin à 17 h
à Claire Fontaine 23 avenue de la Gare 95320 Saint-Leu-la-Forêt
dans le cadre du cycle annuel proposé par les Amis de la médiathèque.

Dès la rentrée 1914, le fonctionnement de l'école est désorganisé par la guerre. Des enseignants sont envoyés au front, des établissements scolaires sont détruits, d'autres sont transformés en caserne ; des élèves s'absentent pour participer aux travaux agricoles. L'école n'en reste pas moins mobilisée pour défendre une patrie en danger.

Sujets de devoirs, bons points distribués et affiches sur les murs des salles de classe montrent que la guerre est au centre de l'enseignement. La dictée est l'occasion de glorifier les soldats. La rédaction vise à célébrer un héros de la guerre ou à rendre hommage aux alliés de la France. Dans les exercices de calcul, la distance de tir des canons remplace les robinets qui fuient.
Par ailleurs, les élèves contribuent au quotidien à l'effort de guerre. Ils assurent le lien entre les familles, souvent privées du père, et la parole officielle qui justifie les sacrifices. Ils sont largement utilisés lors des journées des œuvres patriotiques pour inciter la population à "verser son or pour la France" ; ils apprennent à leur mère les bons gestes pour économiser l'énergie et les vivres si nécessaires au front.
Autant de sujets abordés lors de cette conférence du 17 juin.


La vérité sur Cléopâtre

samedi 13 mai 2017 à 17h 

à l'Espace Clairefontaine, Salle André Maura,
23 avenue de la Gare à Saint-Leu-la-Forêt.

Personnage mythique dont la vérité historique crée encore débat:

"La vérité sur Cléopâtre"

présentée par Marie-Hélène Parinaud. 

Marie-Hélène Parinaud, Docteur en Histoire, EHESS, a rédigé sa thèse sur  "La Génération de la Révolution"
Historienne-Ancienne Conservatrice au musée Carnavalet, Paris. Auteur de la "La Révolution Française à travers les collections du musée Carnavalet", ed Paris Musée 1989.
Commissaire de l'exposition à l'hôtel de ville "C'était Paris dans les années 50" et du catalogue éponyme 
qui a  été récompensé par le prix Malouet, de l'Académie Française.
Auteur de la biographie de "Vidocq, le Napoléon de la Police".
Journaliste, elle  a animé "Une mémoire pour demain",  émission hebdomadaire sur  Radio Bleue, illustrant l'évolution
de la vie quotidienne des cinquante dernières années, à travers les témoignages des auditeurs; la vie  dans les abris pendant les bombardements, les premiers votes des femmes, le permis de conduire, la machine  à  laver automatique etc...
Chroniqueuse sur la Cinq , dans l'émission "Arrêt sur image" présentée par Daniel Schneidermann.
Elle vient de contribuer pour César et Cléopâtre  à l'ouvrage "Les dix rendez-vous qui ont changé le monde" publié sous la direction de David Chanteranne.


CESAR ET CLEOPATRE

Les amours entre la célèbre reine égyptienne Cléopâtre et le tout puissant et charismatique Jules César sont un épisode à la fois mystérieux et charmant de l'histoire. Ils sont dignes des ébats charnels de Jupiter lui-même. En effet, si de leur amour va naître un enfant légendaire et secret, Césarion, il donne à la reine une place à part dans l'histoire et une notoriété qui va « faire jaser » du sénat romain jusqu'aux lieux les plus sordides de l'empire.

Cléopâtre est une descendante de Ptolémée Ier, général et compagnon d'Alexandre le Grand. Elle est donc grecque mais a la particularité d'aimer son peuple et d'attacher une importance toute particulière – voire orgueilleuse – à faire reconnaître l'Egypte comme étant LA grande civilisation du monde méditerranéen avec Rome. Elle est polyglotte et parle la même langue que son peuple, chose qui n'était jamais arrivée chez un quelconque descendant de Ptolémée, une dynastie occupant pourtant le trône depuis trois siècles. Elle devient reine en 51 av. notre ère mais, ne pouvant gouverner seule, elle est obligée d'épouser son frère, Ptolémée XIII, qui est de dix ans son cadet. Un véritable
« boulet » ! Au même moment César dessine les plans de sa prise de pouvoir sur les institutions romaines. Comme nous le savons tous, il y parvient progressivement, poussant à la fuite son ancien allié Pompée, devenu entre-temps son ennemi. Et devinez où ce dernier fuit : en Egypte ! Et César va le poursuivre jusqu'aux rives millénaires du Nil sacré.

L'Egypte n'est plus le royaume d'Hatshepsout, d'Aménophis III ou de Ramsès II. Il est sur le déclin. Le père de Cléopâtre, Ptolémée XII, n'a pu se maintenir sur le trône que par l'intervention opportune de Rome à qui il doit beaucoup d'argent. Le couple royal égyptien, qui avait pris le parti de Pompée, voit donc revenir comme un boomerang leur position politique contre César. Car ils ne craignent pas de voir Pompée, ruiné et sans pouvoir militaire, accoster les rives d'Alexandrie, mais plutôt la fureur de César qui le poursuit, rongeant sa haine contre le pays qui a jadis apporté son soutien à Pompée. Il faut prendre une décision ! En politique – et c'est toujours le cas aujourd'hui – il n'y a rien de plus simple ni de plus lâche que de retourner sa veste : Pompée accoste le 30 juillet 48 et est immédiatement assassiné.

César est furieux ! En bon et fier romain, il voulait disposer de Pompée par ses seules armes. Aussi, sa rancœur contre le pays des pyramides est de plus en plus forte… mais il n'avait jamais rencontré Cléopâtre ! A l'instant de son arrivée, il ne souhaite pas voir les maîtres de l'Egypte. Il s'enferme dans un palais à Alexandrie, s'occupe des restes de Pompée et réfléchit par quels moyens il va pouvoir faire payer la traîtrise des Egyptiens.

Il est seul dans son immense cabinet de travail. Partout autour de lui, l'architecture, la peinture et les écritures hiéroglyphiques – un mystère pour lui – semblent le narguer. Il prend la décision : avant toute chose l'Egypte doit rembourser Rome pour l'aide qu'elle lui a apporté au temps de Ptolémée XII. Or, l'Egypte est le plus grand producteur de blé de tout le pourtour méditerranéen – le « grenier à blé » de l'empire comme on l'appellera ensuite – et devra rembourser sa dette en nature et en armes. Il s'apprête à convoquer le couple royal lorsqu'un serviteur lui apporte un bien étrange présent : un tapis ! César est intrigué car le serviteur prend un soin particulier à le poser délicatement au sol. Sans demander une quelconque permission, le serviteur à la peau bronzée déroule avec lenteur le tapis et en sort l'objet de toute sa délicate attention : une femme à la peau douce et claire. Elle est habillée avec élégance et finesse et son regard perçant croise immédiatement celui de César troublé. Ne voilà-t-il pas n'importe quelle courtisane se disait-il : en effet César, c'est Cléopâtre !

Troublant le protocole, la reine a forcé la porte du conquérant romain et est bien décidée à dicter sa loi ! Elle veut être la principale interlocutrice de César. Elle veut négocier sans son frère qui, pour elle, n'a aucune légitimité.

Je l'imagine trop fière pour se rabaisser au point de parler en latin, et d'ailleurs César parle un grec parfait ! Aimant la mise en scène, Cléopâtre a revêtu un costume pour l'occasion : probablement est-elle en Hathor ou en Isis. A vingt ans, son charme opère déjà ! César est subjugué par cette femme entreprenante dans la discussion et de trente-deux ans sa cadette. La beauté de la reine - pourtant peu visible sur les rares représentations que l'on a d'elle -, son nez légendaire et surtout le charisme pénétrant de sa personnalité, dictent à César la suite des négociations. A cet instant de leur rencontre, c'est comme s'il avait toujours aimé l'Egypte !

La suite nous la connaissons. Etrangement, César accorde à la reine l'intégralité du pouvoir de l'Egypte et Ptolémée, rebelle, meurt opportunément noyé. La rigidité du protocole d'accords entre Rome et Alexandrie est adoucie grâce à des moments plus intimes desquels naîtront Césarion. Le terme d'amour « doux » entre les deux amants est sûrement un euphémisme car Marc Antoine, futur autre amant puis mari de Cléopâtre, n'aura pas à se plaindre de la rigueur et la forte « virilité » de ses ébats avec sa femme.

Ah Cléopâtre …. Tu as tellement d'importance dans ce monde ! Tu influences encore à tel point l'imaginaire que je me permets de terminer cette conclusion par la célèbre pensée de Pascal qui fait tant d'honneur à ta place dans la Grande Histoire : « Le nez de Cléopâtre s'il eût été plus court toute la face de la terre aurait changé. »

Téléchargez et imprimez ce texte

 

DSC_0026Fraternités, Tome 1 : 1792, l'Ordre guillotiné de Jean-Christophe Camus et Ramon Rosanas (2 octobre 2013)

FRATERNITÉS : Une saga familiale qui dévoile les temps forts de la franc-maçonnerie à des périodes emblématiques de l’Histoire de France, à commencer par la Révolution ...

en savoir plus

 

DSC_0026Marie-Ange Le Rochais Hardling vient de publier chez Des Ronds dans l'O un ouvrage destiné aux collégiens de 3ème  et aux lycéens mais aussi aux adultes. Ces femmes qui changent le monde

L'histoire
Pour les filles qui ne savent comment réagir devant les insultes de grands benêts plus forts en muscles. Pour les garçons chétifs ou émotifs qui se font traiter de femmelettes comme si c'était une injure... Pour ceux qui pensent que la femme est inférieure à l'homme et qui par leur sexisme et leur mépris attisent la violence.

De "grands hommes" se sont égarés sur ce chemin et s'il est dommage de les réduire à des citations, comment et pourquoi les ignorer ? Ne serait-ce que pour rappeler que nul n'est à l'abri de l'intolérance. Pour que nos filles n'oublient jamais de se dire : "J'entreprendrai et je réussirai."

 
Pour voir plus en arrière, consultez les archives

 

vous êtes ici > accueil > événements

 

Saint Leu La ForêtCommunauté d'agglomération Val ForêtCommunauté d'Agglomération Val Parisis
271 Chaussée Jules César
95250 Beauchamp
01 30 26 39 41
Médiathèque Georges Pompidou Saint-Leu-la-ForêtMédiathèque Georges Pompidou Saint-Leu-la-Forêt
           6 avenue des Diablots
           95320 SAINT-LEU-LA-FORÊT
           Tél. : 01 34 18 36 80
           mediatheque.stleu@valparisis.fr
   
Les amis de la médiathèque de Saint Leu la Forêt | 8, sente des Potais - 95320 Saint-Leu-la-Forêt - 01 39 60 52 11 - lesamis@signets.org | réalisation création site vannes ©2012